Publié le

Pourquoi a-t-on envie de faire l’amour?

Les motivations qui nous poussent à faire l’amour sont multiples et variées. Les identifier peut nous aider à mieux comprendre notre désir. Il semblerait d’ailleurs que la libido a ses raisons que la raison ne comprend pas toujours…

Notre désir est très personnel : nous avons chacun nos propres motivations pour faire l’amour. Une étude américaine[1] qui s’est récemment penchée sur le sujet en a recensé pas moins de 237 ! La première semble être l’attirance pour l’autre, et cela autant chez l’homme que chez la femme. D’ailleurs, le top 10 est quasiment identique chez les deux sexes : il s’agit d’intentions tournées vers l’autre telles que « exprimer son amour pour la personne », et de motivations plutôt centrées sur soi ou sur les sensations ressenties, comme « l’excitation » ou le fait que c’est « plaisant ».

A côté de ces raisons somme toute assez prévisibles, on en trouve des plus surprenantes… Parmi les plus originales, citons l’altruiste, « aider l’autre à se sentir mieux par rapport à elle-même »; la manipulatrice, « obtenir une promotion » ; ou encore la spirituelle, « se rapprocher de Dieu ».

Après analyse, les résultats de cette enquête ont pu être classés en 4 catégories principales. La première rassemble les raisons d’ordre physique, comme réduire le stress, aider à s’endormir, ressentir du plaisir, ou satisfaire sa curiosité. Dans la deuxième se rangent les motivations qui trouvent leur origine dans un objectif ou un intérêt. Elles sont bien plus pragmatiques : pour certains, faire l’amour sert à avoir un enfant, grimper les échelons de l’échelle sociale, devenir populaire… ou même se venger. La troisième catégorie regroupe les raisons émotionnelles. Elles concernent principalement l’amour, l’engagement ou la gratitude : le câlin sous la couette est une façon de « rentrer en connexion avec l’autre » ou de « dire merci ». Enfin, dans la dernière catégorie se trouvent toutes ces intentions qui découlent d’une insécurité personnelle : le besoin d’attention, la nécessité de répondre à la pression de l’autre, ou la peur de l’abandon.

En définitive, ces résultats étonnants nous rappellent surtout que nos motivations à faire l’amour sont personnelles, multiples, variées, et de tout ordre. L’acte sexuel peut décidément symboliser bien d’autres choses qu’un simple rapprochement physique.

 

[1] Meston, C. M., & Buss, D. (2007). Why humans have seks. Archives of Sexual Behavior, 36, 477-507.